Assis-debout, la solution de l’avenir !

Deuxième cause d’absentéisme au travail, les Troubles Musculo-Squelettiques, en général, et le mal de dos, en particulier, sont un véritable fléau pour le salarié. Il existe aujourd’hui des solutions innovantes pour prévenir les risques.

34% des salariés affirment sourffrir du dos. Derrière ce « mal de dos », se cache parfois un TMS (Trouble Musculo-Squelettique) qui attaque les os, muscles, tendons, nerfs et articulations. La colonne vertébrale, l’épaule, le coude, le poignet et les genoux sont les parties du corps concernées. Il provient essentiellement d’une mauvaise posture au bureau ou d’un manque de mobilité tout au long d’une journée de travail. « L’être humain n’est pas fait pour être assis trop longtemps. Il devrait bouger toutes les 2 heures » explique Pathana Chantharasy Chef de Produit mobilier de bureau, chez Manutan. Car rester trop longtemps dans la même position, cela peut entraîner des contractures musculaires puis des Troubles Musculo-Squelettiques.

Les solutions assis-debout

Les pays scandinaves en pointe

Pour prévenir les risques de TMS, la solution la plus innovante vient des pays Scandinaves. Inventé il y a un peu moins de 20 ans, le concept assis-debout a été imaginé pour offrir des conditions de travail qui s’adaptent à la morphologie de chaque salarié. Le principe ? Travailler sur un bureau mobile qui permet d’alterner la position assise et debout. « Des pays comme la Norvège ou le Suède ont intégré depuis longtemps ce concept. En France, c’est encore considéré comme une nouveauté » regrette Pathana, convaincue de l’intérêt de la démarche : « c’est au-delà du confort, c’est du bien-être ! Mais c’est aussi une question de mentalité, cela ne fait pas encore parti des mœurs en France ».

L’électrique s’invite dans le bureau

Mais cela pourrait bien changer. Manutan vient ainsi d’intégrer à son catalogue un bureau électrique de chez Nexis qui permet justement de travailler soit debout, sois assis. Avec son petit moteur, le bureau (70 centimètres minimum – 114 centimètres maximum) s’élève de 3 centimètres par seconde. Bien sûr, le prix peut-être un frein par rapport aux bureaux traditionnels, mais l’employeur investit sur le long terme. « Les arrêts de travail liés aux TMS sont très importants. Les entreprises auraient intérêt à proposer aux salariés des postes assis-debout. A terme, c’est un gain financier assuré » explique Pathana. Car un salarié qui dispose de conditions de travail optimales est forcément plus efficace. Et sa santé est préservée. Tout le monde est gagnant.

 

 

 

 

 

 

 

Retrouvez toutes notre de mobilier de bureau

Array
(
    [naam] => Votre prénom
    [email] => Votre adresse e-mail
    [submit] => Envoyez message
    [comment] => Votre message
    [title] => Laissez-nous un message
    [emailmsg] => Votre adresse e-mail ne sera pas publié. Les champs marqués d’un * sont à remplir obligatoirement.
)

Laissez-nous un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publié. Les champs marqués d’un * sont à remplir obligatoirement.

*

*